Même si le principe même du mentoring vise à mettre sur un pied d’égalité Mentor et Louveteau, ils ne sont pas pour autant égaux sur tous les points. En effet, il ne faut pas oublier de prendre en compte que le louveteau est plus vulnérable que son aîné. En particulier, il est plus enclin à souffrir de manière disproportionnée d’une relation de mentoring non bénéfique, appelé “mentorship malpractice”, ce qui pourrait se traduire par “faute professionnelle du mentor” en français. Ces mauvaises pratiques peuvent être délibérées ou passives.

 

Mauvaises pratiques délibérées du mentor

Elles se caractérisent par un comportement inadapté de manière délibérée de la part du mentor et peuvent être classées en trois grandes catégories (Chopra, Edelson, et Saint, « Mentorship Malpractice »).

 

Le Hijacker

Le mentor s’approprie les idées ou les projets de son protégé en les faisant passer pour les siens. Comme une variante du syndrome de Stockholm, certains mentorés peuvent devenir complices malgré eux, rassurés par le sentiment d’avoir été utiles à leur mentor et persuadés que le bénéfice de leur travail leur reviendra tôt ou tard. C’est souvent lors de la chute de leur mentor qu’ils comprennent leur erreur.

L’Exploitant

Le mentor délègue à son protégé des tâches ingrates ou non intéressantes en prétextant que le protégé doit payer le prix du mentorat ou qu’il doit passer par ces travaux pour progresser dans sa carrière.

Le Propriétaire

Le mentor domine la relation et exerce son emprise sur son protégé. Il n’accepte en général pas l’intervention d’autres mentors et peut devenir très possessif envers son mentoré. Ce dernier s’isole et il est plus difficile de diagnostiquer de l’extérieur l’emprise négative du mentor sur son protégé.  

Mauvaises pratiques passives du mentor

 

Ces mauvaises pratiques sont plus insidieuses que les précédentes car elles ne sont pas volontaires. Elles peuvent elles-mêmes être divisées en trois principales catégories (Chopra, Edelson, et Saint, « Mentorship Malpractice »).

Le Bottleneck

Le mentor est préoccupé uniquement par ses propres priorités. Il n’a pas le temps ou la volonté de s’impliquer dans la relation avec son protégé. Ce manque d’investissement ralentit la productivité du protégé, en particulier lorsque celui attend l’avis de son mentor sur un travail, qu’il ait ou non une échéance pour le rendre.

Le Partisan des Country Club

Ce mentor veut être ami avec tout le monde. Il évite le conflit à tout prix et ne permettent pas au protégé d’obtenir un retour constructif sur ses actes et son comportement professionnel. Le mentor peut voir le mentorat comme un outil de popularité.

Le Baroudeur

Ce mentor a une carrière accomplie et est à la recherche de rencontres, de discours, etc… Il a peu de temps à accorder à son protégé et le laisse comme sans mentor par manque d’interactions et de conseils.. Malheureusement, il s’avère que la réussite professionnelle est souvent associée à ce genre de comportement.  

Pour éviter de genre de relations de mentoring non bénéfiques voire préjudiciables, il est important que les mentors et en particulier les mentorés soient conscients des dérapages possibles pour mieux les esquiver.

 

Bibliographie

Chopra, V., Edelson, D. P., & Saint, S. (2016). Mentorship Malpractice. JAMA315(14), 1453 https://doi.org/10.1001/jama.2015.18884